Actualités de l'univers du vins | Cave L'îlot Vins Martinique

Découvrez les actualités de l’univers du vins, de nos sélections, des accords mets-vins, et surtout ne ratez rien des nouveautés ! Chez votre caviste L'îlot Vins Martinique

Les Echos Spécial Vins - Le Cas d'école Tariquet | Cave L'îlot Vins Martinique

08 déc. 2017

Le cas d'école Tariquet



Le producteur d'armagnac a révolutionné la viticulture gersoise en commercialisant au début des années 1980, un vin blanc sec et fruité. Dont le succès commercial ne s'est jamais démenti.


Le château du Tariquet, dans le Gers, est une telle réussite commerciale que le consommateur lambda a sans doute bien du mal à le localiser sur une carte de France. Sans doute ignore-t-il aussi que ce domaine du Gers a fêté, le 7 juin 2012, les cent ans de son union avec la famille Grassa, qui en est propriétaire. Cela fait un siècle, en effet, que la destinée de cette entreprise viticole du Sud-Ouest se perpétue, de génération en génération, avec la volonté farouche de pérenniser le travail déjà réalisé. 

Aujourd'hui, Tariquet est devenu une marque à part entière et un exemple unique en France dans l'industrie du vin. 
Tariquet commercialise chaque année environ 8 millions de bouteilles de vins des côtes de Gascogne (IGP) et 120.000 flacons de bas-armagnac, dans l'Hexagone mais également à l'export. « Nous devons notre réussite aux marchés étrangers, notamment les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Ce sont eux qui, au début des années 1990, nous ont permis de nous développer en achetant notre vin blanc sec, fruité et océanien », reconnaît Rémy Grassa, qui préside, avec son frère Armin, à la destinée de l'entreprise familiale, sous l'oeil attentif de son père Yves et de sa tante Maïté. Toutes les décisions sont prises en commun.

Le tournant du millésime 1982


L'année 1982 restera à jamais comme le tournant historique pour l'avenir de cette entreprise. Cette année ne fut pas seulement un grand millésime en France, et à Bordeaux en particulier, elle est surtout le point de départ d'un changement radical dans la stratégie du domaine. Yves Grassa prend une décision qui modifiera à jamais le visage de l'entreprise familiale. Lui, le producteur exclusif d'armagnac, décide d'élaborer, contre l'avis de tous les professionnels de l'appellation, un vin blanc sec à base de cépage ugni blanc qui pousse dans ses vignes. Il est aussitôt moqué par ses pairs, qui jugent « impossible de vendre un vin blanc du Gers ». Pourtant les récompenses vont rapidement pleuvoir sur ce vin original pour l'époque, élu « vin blanc de l'année » à Londres en 1987. Dès lors, le carnet de commandes se remplit, d'autant plus vite qu'un importateur américain venu déguster des armagnacs repart avec la ferme intention d'imposer ce vin facile et agréable aux Etats-Unis. L'aventure est en marche.

Le tournant du millésime 1982


Aujourd'hui, le vignoble de Tariquet s'étend pour atteindre 900 hectares en production. D'autres variétés de cépages ont été plantées - sémillon, chardonnay, chenin - et la quasi-totalité de la production est réalisée à partir du vignoble maison. « On exploite aussi des vignes en fermage qui appartiennent à d'autres membres de la famille, mais c'est un pari risqué de posséder autant de surfaces car il faut que la demande suive, explique Rémy Grassa. Dans ce type de modèle économique, les frais fixes - entretien du vignoble, vendanges, personnel dédié, entretien des infrastructures - sont lourds. Mais c'est aussi un avantage car nous maîtrisons l'ensemble du process, de la vigne à l'embouteillage, afin de garantir à nos clients une qualité constante, et à nos agents des volumes suffisants, année après année. » 

Tariquet n'a pas pour autant délaissé ses racines de producteur d'armagnac. La société continue de distiller l'équivalent de 100 hectares par an dans une logique de pérennité familiale du domaine. « On produit plus qu'on ne vend car nous pensons à la génération suivante. Nous avons une vision qui priorise le long terme et non le court terme », justifie Rémy Grassa, certain que le modèle économique du château a encore un bel avenir.